Emmanuelle Née en 1980. Auteure, metteure en scène, interprète, se disperse entre mots et musique depuis un bon moment maintenant. Elle a soutenu un doctorat en littérature sur Rimbaud adapté au théâtre, que très peu de gens ont lu. Avec Fabien Montès, elle a créé le duo texte et voix Proses électriques et met régulièrement toutes sortes de textes en musique. Elle a publié plusieurs livres de poésie et remet ça fin 2012. D’ici là, un recueil de nouvelles (Confession des genres) sortira aux éditions Luce Wilquin.



Chemin de vie à la Beckman

Emmanuelle est née à Paris et trouve que c’est un peu facile.

Emmanuelle se livre donc parfois à des jeux de mots également un peu faciles, notamment sur son prénom (elle aime bien son prénom, notamment pour cette raison). Aime, ma, nue, aile. Haie, manne, hue, elle. Etc.

Emmanuelle trouve, notamment mais entre autres choses, malcommode de se dire à la troisième personne. C’est comme de vouloir regarder sa propre chute de reins, sans s’aider d’un miroir.

Emmanuelle a hâte, beaucoup trop hâte, que quelque chose arrive. Alors quand quelque chose arrive, il lui faut parfois beaucoup de temps pour le recevoir.

Emmanuelle pleure souvent, notamment lorsqu’elle voit une personne très vieille dévorer un gâteau ou quoi que ce soit qui ressemble à de la gourmandise.

Emmanuelle remplit le vide et vide le rempli, tout le temps.

Emmanuelle souffre de diverses infirmités, notamment une sévère myopie. Elle la trouve parfois handicapante, parfois pas.

Emmanuelle aime notamment bricoler avec des mots et faire de la musique avec des jouets.

Emmanuelle écrit, sans savoir si elle écrit beaucoup ou pas, mais ne se pose plus vraiment la question.

Emmanuelle fait un usage excessif du terme « notamment » en espérant s’en débarrasser.