écrit à L’un dit l’Élan en avril 2011

Quelqu’un avec moi s’enfuit
Quelqu’un n’a rien compris
Quelqu’un de flétri
Quelqu’un pour qui tout est oubli
Quelqu’un qui m’a réjoui
Quelqu’un qui fut jolie
Quelqu’un m’a emmené jusqu’ici,
m’a fait vivre ceci,
un monde sans bruit,
où la lune luit,
un monde qui m’a guidé vers lui,
ce lui que jamais je n’oublie.
À celui qui fut l’origine de ceci.
Je l’en remercie.