Chers compagnons du réseau

Il ya toute sorte de déesse celles du festival de Canne , puis le DSK, mais finalement tout cela risque de se terminer en DS cul et non pas en DSQ quartier en zone sensible ou peu ne s’agit il pas des mêmes zones enfin moi à la fin je ne sait plus avec toute cette actualité ces sigles ces informations ces contre informations il y a de quoi s’y perdre à la fin et j’ai parfois envie de fermer radio télé journal et tout le reste, car je me demande si l’essentiel est bien là.
J’aimerais bien que l’on parle un peu moins de DSK et un peu plus des DSQ car j’avoue que la détresse des pauvres malheureux qui ont été filmés ou pas filmés m’apparaît comme une détresse de nanti c’est dommage d’accord mais il y a vraiment pire, monsieur le prince s’est égratigné l’orteil gauche que la cour se mobilise.
En tout cas à une lettre près k ou à un cas près, soi vous êtes éducateur ou bien président du FMI c’est tout de même assez impressionnant lorsque songe qu’une toute petite lettre peu modifier tant de chose notre existence.
Il est parfois des lettre ou des souffles qui nous soufflent ou nous essoufflent dans un sens ou dans un autre à une lettre près, vous êtes près ou loin des phares de l’actualité.
Moi voyez il m’est arrivé une toute petite chose banale qui n’a pas fait la une de l’actualité j’ai passé un coup de téléphone juste un tout petit coup de téléphone léger comme une plume à quelqu’un que j’avais envie d’appeler depuis dès année sans le faire .
Un coup de téléphone entre deux pour dire simple simplement que la vie pour moi était de plus en plus en plus légère bien moins lourde que par le passé et que j’avais envie de partager cela avec elle.
Pour dire également, que nous avions partagé le bon et le moins bon mais que je gardait surtout le meilleur et que j’avais appris à faire fructifier mon champ et que chaque année je regardais avec satisfaction ma récolte me contentant du résultat et surtout de pouvoir le partager avec d’autres.
Pouvoir encore lui donner des nouvelles de ces paysages nouveaux que je découvrent lui parler aussi d’Eve avec qui je viens de faire une balade au soleil. Une balade sur une place ensoleillé qui nous a enchantés comme une respiration et où mon œil s’arrête sur une tableau posé sur une simple baraque de planche comportant notamment une sorte de profil anthracite au allure assyrienne surmontés d’éléments coloré dont une sorte balle couleur d’orme doré.
Avec sur la gauche de cette grande place ouverte un prunus qui étend sa grande tache pourpre derrière une haie bien taillée qui jouxte un mur de pierre surmonté de tuiles et un léger souffle qui passe dans ce paysage bercé de chant d’oiseau fermé tout au fond par une maison ancienne avec de très petites ouvertures qui font penser à ces vieilles maisons de paysans faites pour économiser l’énergie . Tout cela me fait penser à mon ami, Christian installé comme berger dans le parc des Cévennes avec ses moutons.
J’aimerai aussi pouvoir te téléphoner pour te dire combien ces derniers mois ont étaient difficiles professionnellement et que le départ d’une de mes collègues qui nous a posé beaucoup de problèmes avec son manque distance vis à vis quelle a poussé très loin notamment mais ce n’est pas le pire en distribuant ses propres tickets restaurant aux jeunes du quartier, constitue pour moi un soulagement passager

C’est vrai j’ai eu très envie de téléphoner à ma mère cette semaine mais voilà cette dernière est décédé voici maintenant 5 ans mais comme si elle était encore présente. Le sentiment qui m’habitait n’était pas de la tristesse mais plutôt celui de la retrouver et d’avoir envie de lui parler au delà de la distance qui nous séparait et de le faire
Des lettres qui changent un destin de coup de téléphone qui nous transforment et l’homme qui n’est rien d’autre qu’un être improbable dans un univers d’incertitude. La vie tient à si peu de chose à une toute petite envie de passer un coup de fil qui peut changer notre regard à une lettre


Voilà donc ma présence de ce mois-ci à bientôt de vous lire je pense à vous tous.
Je vous embrasse tous

Thierry