Écrit pendant la semaine de la francophonie 2012

Il y a, il y eut l’arrière grand-père qui fût
Embarqué - la trentaine - avec d’autres quittant la femme, les bambins nés, dont trois décédés.
Parmi les petits, laissés, une nouvelle-née
Et lui partit. Ce fût la 1ère guerre mondiale - la terrible
Avec d’autres hommes - qui n’avaient rien demandés

Ils y allèrent - pour la France - la fleur au fusil
Ils durent batailler sec - là-bas à Ypres.
Ce qui est sûr - c’est qu’ils n’en revinrent pas.
Mon arrière grand-mère l’a laissé - avec ses collègues - reposer.

Quel lourd chagrin enfoui -
Et puis elle a refait - recontinué sa vie
Avec un petit bout de chou qui a grandi.