Que seulement je fasse de ma vie un arc tendu et flexible, une marche, un point d’appui, une machine à lapsusser, un frisson courant dans la fourrure du lapin, l’érection, chaque jour, d’un château de sable, chaque jour léché et détruit par les vagues.


J’hésitais, à cette époque, sur ce que je voulais faire de ma vie. Alors, on m’avait envoyée auprès d’un conseiller d’orientation au CIDJ, aux abords du quai Branly.
En me présentant à lui, j’étais extrêmement préoccupée par le J de l’acronyme. Le J de jeune ou de jeunesse, me semblait-il ; pour le reste, j’avais oublié ou jamais su. J’étais préoccupée, car si je ne savais toujours pas ce que je voulais faire de ma vie, j’avais en revanche cessé d’être jeune.
Devais-je comprendre que mes questions existentielles étaient complètement immatures pour qu’on m’envoie au CIDJ avec J comme jeune ou comme jeunesse ?
J’étais préoccupée, mais je n’osais m’en ouvrir.
Le conseiller me bombarda de questions qui n’avaient rien à voir avec rien :
"Vous êtes-vous déjà endormi auprès du téléphone ?"
"Avez-vous déjà fait l’amour sans ordinateur ?"
"Les trucs qu’il a dans le machin, qu’est-ce qu’il va en faire ?"
Quand j’entreprenais de répondre, il regardait sa montre, m’interrompait et me disait invariablement "très bien, maintenant concentrez-vous, je vais vous poser une question, vous répondrez le plus vite possible et sans réfléchir". Chaque fois sur le même ton. Un ton rouge et aligoté qui me donnait de plus en plus envie de le dessouder.
Mais il maîtrisait son affaire, le bougre, parce qu’à l’immédiate seconde qui précédait l’instant où j’allais craquer, il sortit un catalogue épais comme un siècle contenant deux guerres mondiales. Il commença à le feuilleter en grommelant des chiffres insensés.
Il finit par l’ouvrir en grand.
"Alors voilà, commença-t-il, vous pourriez faire de votre vie un arc
- Mais ça servirait à quoi ?
- En ce moment, on en embauche beaucoup pour partager les masques.
- Et ça rapporte ?
- Oh oui, un max de thunes, surtout les rouges à rayures rouges. Alors, c’est dit ? Je vous inscris pour une formation de six mois ?"